Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > Vivre de la Miséricorde

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous


Vivre de la Miséricorde

L’événement que nous nous apprêtons à vivre vaut la peine de faire une pause dans l’examen thématique de notre santé spirituelle commencé au début de l’année. En effet, mercredi, comme chaque année, nous allons entrer en Carême ! Acceptons tout de suite de reconnaître que nous sommes en face d’un immense cadeau du Seigneur qui ne veut que notre bien, plus que nous-mêmes d’ailleurs … Certes, au terme de cette course de 40 jours, nous risquons sans doute d’être essoufflés, mais nous serons aussi remplis de JOIE, de la joie même de Dieu.

Oui, le temps du Carême est une période de joie véritable, pour nous et pour le Seigneur. En nous préparant à la célébration du mystère pascal, c’est-à-dire Jésus Christ qui donne sa vie par amour pour nous, qui meurt sur la Croix et ressuscite pour nous arracher à la mort, en nous réorientant vers Celui qui nous a faits, en nous réaccordant à sa Voix, nous serons plus heureux car nous retrouverons le sens profond de nos existences.

Le temps du Carême est le plus propice pour contempler à quel point Dieu nous aime, jusqu’où Il va dans sa déclaration d’amour folle à toute l’humanité, c’est-à-dire à chacun d’entre nous. Il n’y a rien de plus important que cela. La Bonne Nouvelle ? C’est cela et rien d’autre parce que tout découle de cela.

Oui le Carême est le temps de la miséricorde par excellence ; un temps d’entraînement où nous faisons davantage attention à Dieu et à nos frères. Pour cet entraînement, nous ne sommes pas seuls, c’est toute l’Eglise qui suit ce programme qui consiste à faire reculer le mal du monde et de notre cœur.
En essayant de donner davantage de temps au Seigneur dans la prière, en faisant concrètement quelque chose de plus pour nos frères et sœurs, en choisissant un effort qui nous libèrera un peu de notre égoïsme qui nous colle parfois à la peau, nous ferons progresser l’amour dans le monde.

Alors, avant même le début du Carême, (mais mercredi soir au plus tard !) réfléchissons sérieusement au programme de notre entraînement spirituel. Personne ne vous imposera quoi que ce soit, c’est Dieu lui-même qui est présent dans nos cœurs qui nous aidera à prendre de bonnes résolutions et à les tenir. Ne les choisissons ni trop ambitieuses, ni trop insignifiantes. Nous ne sommes pas seuls, le Seigneur nous accompagne et se réjouit déjà des efforts que nous choisissons alors même que nous n’avons pas encore commencé. Car c’est notre cœur qui l’intéresse, pas nos œuvres.

Bon & Saint Carême à tous !

Père Franck Zeuschner, sv