Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > Rien ne saurait me manquer

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous

Rien ne saurait me manquer

Ces mots du psaume 22, nous les connaissons par cœur, nous les chantons si souvent : « Le Seigneur est mon berger, rien ne saurait me manquer ! » Mais justement, ils nous sont si familiers que nous n’y faisons plus attention. Les lectures de ce dimanche nous montrent une nouvelle fois la sollicitude tendre et sans limite que le Seigneur porte au genre humain, à chaque homme et chaque femme. « Oui il est notre Dieu, nous sommes le peuple qu’il conduit, le troupeau guidé par sa main. » chantons-nous chaque matin à l’office de laudes. (Psaume 94)

Mais nous avons tant de mal à basculer dans cette attitude de confiance et d’abandon. Le Seigneur nous aime, il prend soin de nous. En ce 22 juillet qui cette année tombe en dimanche, la fête de Sainte Marie Madeleine est un peu mise de côté.

Il est un aspect de cette si grande sainte que l’on risque d’oublier, d’occulter. Le débat n’est pas tranché mais beaucoup la considère comme la sœur de Marthe et de Lazare que nous célébrerons le 29 juillet. Celle qui a choisi la meilleure part c’est à dire qui a choisi d’arrêter de s’agiter pour écouter le Maître. (cf. Évangile selon St Luc 10 v41) S’arrêter non pas pour renoncer à la course, mais pour pouvoir finalement la remporter. Quel modèle pour nous une nouvelle fois ! Se poser un peu dans nos vies trépidantes, c’est possible. Je pense même que c’est urgent à une époque où les grandes surfaces de tous genres sont prises d’assaut le dimanche et où les églises, elles, sont désertées… Nous courons après le temps, mais quand nous en avons, nous ne savons plus trop quoi en faire.

Allons à l’écart comme Jésus nous y invite dans l’évangile de ce dimanche. Si nous avons la chance de partir pour cela tant mieux, mais nous pouvons aussi, chez nous, ou dans notre église, prendre un peu de temps pour nous poser, nous reposer en Dieu qui veut refaire nos forces.

Père Franck Zeuschner, sv