Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > L’Évangile n’est pas dérangeant …

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous

L’Évangile n’est pas dérangeant …

… pour ceux qui ne l’écoutent pas.

Mais pour ceux qui l’écoutent d’une oreille attentive et qui essaient de le mettre en pratique, il en est tout autrement. Reconnaissez avec moi que les paroles que la liturgie nous fait entendre ce dimanche sont dures à accueillir et demandent que l’on prenne le temps de s’y arrêter un peu. « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. »

Ce serait bien mal comprendre l’évangile que de faire dire au Seigneur qu’il ne faut pas aimer ses parents, ses enfants, ou plutôt qu’il faut mettre une limite à l’amour. Jésus lui-même a dit « Il n’y a pas de plus grande preuve d’amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. » (Jean 5 v13). L’actualité nous donne souvent des exemples de sacrifices héroïques d’un père ou d’une mère pour sauver son enfant.

L’évangile ne nous demande donc pas de négliger d’aimer notre prochain ou nous mêmes. Il nous demande d’aimer Dieu en premier. Ne devons-nous pas aimer en priorité celui qui est le plus proche de nous ? Or Dieu est plus proche de nous que nous-mêmes. Alors, nous ne sommes pas invités à calculer des quelconques pourcentages d’amour que nous devrions réserver d’abord à Dieu, puis aux autres et à nous-mêmes. « Ah ! Sans compter je donne étant bien sûre que lorsqu’on aime, on ne calcule pas ! » (Ste Thérèse de l’Enfant Jésus, poésie Vivre d’amour)

Jésus nous invite en ce dimanche à examiner notre cœur. Il ne vient pas gâcher nos vacances, bien au contraire, Il nous invite, nous qui passons notre temps à courir après tout, à nous préoccuper enfin un peu plus de l’essentiel, du vital. Et l’Essentiel, c’est Lui ! Nous sommes invités à Le voir, Le reconnaître dans les événements de nos vies. Nous nous disons chrétiens, et nous le sommes, mais nous vivons parfois nos vies sans les ouvrir beaucoup à Dieu ou en ne lui consacrant qu’une partie de nos vies, de notre cœur. Nous sommes comme Rabbi Jacob avec son Schtreimel : « Je le mettrai le dimanche ». Le reste de la semaine nous préférons que le Seigneur ne prenne pas trop de place.

Alors en ce début d’été, je souhaite à tous et à toutes, ceux qui vont avoir la chance de partir et ceux qui vont rester, je vous souhaite un été sous le regard de Dieu. Je vous souhaite de découvrir ou de redécouvrir à quel point l’amour du Seigneur est le bonheur du cœur de l’homme. Prenez du temps pour Lui, il ne sera pas perdu pour vous-mêmes et vos frères et sœurs. Priez, chantez, marchez, lisez, accueillez, écoutez ! Écoutez un peu moins les médias et un peu plus ceux qui sont autour de vous, écoutez le chant de la nature qui se fait plus proche de nous et plus riante en ces mois d’été.

Il n’y aura probablement pas de FIP durant l’été, mais notre site internet peut rester un petit lien.

Je vous bénis de tout mon cœur.

Père Franck Zeuschner, sv