Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > En route pour le salut !

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous

En route pour le salut !

Oui, en route ! Ne devrions-nous pas tous et toutes ressembler aux enfants à la veille de la rentrée scolaire, préparant et admirant leurs cartables immaculés, tout fébriles en pensant au grand jour du lendemain, pressentant que cette nouvelle année sera peut-être dure parfois, mais qu’elle réserve également tellement de beauté, des nouveaux amis, de nouvelles choses à apprendre, bref une période où l’on va grandir, c’est-à-dire se rapprocher du ciel.
Non, je ne perds pas la tête, pas encore ! L’entrée dans une nouvelle année liturgique n’est pas anodin pour nous chrétiens, disciples de Jésus Christ. Car l’Église nous offre justement, comme un cadeau, cette nouvelle année liturgique pour que nous nous mettions dans les pas de Jésus Christ. Jésus : cet homme qui est Dieu « Comme c’est compliqué ! » pourront dire certains.

Oh non, c’est en fait tout simple c’est nous qui compliquons souvent les choses, pas le Seigneur. C’est pour cela que les enfants comprennent si bien, et qu’il nous faudra toujours rester des enfants… Si Dieu s’apprête à venir sur la terre, c’est que la terre va mal, elle court à sa perte, à sa ruine, elle a en quelque sorte perdu la tête, c’est-à-dire oublié pourquoi elle est là, ce qu’elle fait, pourquoi elle existe. La terre, ce sont les hommes et les femmes, mais ils entraînent à leur suite cette création que Dieu leur avait confiée pour qu’ils en prissent soin… Aujourd’hui l’homme va mal mais la création aussi. Oui, tout est lié…
Si Jésus se fait homme, c’est justement pour sauver et transfigurer toute la création. Nous savons, nous que « la lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. » «  Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. » Mais nous, allons-nous recevoir et accueillir le Christ qui vient et qui est la lumière du monde et la lumière de chacune de nos existences ?
Alors, que décidons-nous ? On se met en marche ou on laisse le train du salut passer devant nous sans y monter ? Car Jésus ne vient pas pour faire joli dans nos vies aux jours plus difficiles et grisâtres, Il vient pour nous sauver. « Sans Lui, tu es mort ! Avec Lui, tu es vivant ! » Vous voyez que ce n’est pas si compliqué à comprendre. Quand notre vie est menacée, on apprend vite…
Si ce n’était pas pour cela, pensez-vous sérieusement que Dieu se serait donné tant de mal ? Soyons sérieux !
Ce temps de l’Avent, c’est de temps de l’attente… de l’attente joyeuse, active, passionnée, amoureuse même de Celui qui va venir sur la terre pour nous ouvrir le ciel. Nous ne devons pas subir ce temps liturgique et finir par considérer le calendrier de l’Avent comme les appelés du contingent barraient jadis chaque jour passé qui les séparait de la quille c’est à dire de leur libération du service militaire…
Quand même ! On n’attend pas le Sauveur comme on attend le bus ou le métro (surtout un jour de grève).
Que ce temps permette à chacun d’entre nous de renouveler au Seigneur à quel point nous avons vraiment besoin de lui pour vivre, à quel point nous l’aimons.

Bonne Année
et Bel Avent à tous !

Père Franck Zeuschner, sv