Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > Croire, ou ne pas croire…

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous


Croire, ou ne pas croire…

Nous arrivons ce dimanche au terme du chapitre 6 de l’évangile de saint Jean que nous avons parcouru pendant 5 dimanches consécutifs. Après avoir suivi le Christ, comme les apôtres, l’avoir vu multiplier les pains et les poissons, marcher sur la mer et entendu à la synagogue de Capharnaüm, c’est l’heure du choix, du grand choix… Allons-nous croire, ou ne pas croire ?
Ce bel épisode, où la tonalité eucharistique est indéniable, ne se termine pas en apothéose, en bouquet final de feu d’artifice, c’est le moins que l’on puisse dire. Cette prédication de Jésus est un échec. Les 5 000 hommes qui se sont remplis le ventre des pains et des poissons miraculeux ont certes suivi Jésus, mais pas longtemps. Ils ont en effet catégoriquement refusé les paroles de Jésus, paroles très dures certes, annonçant le don de son Corps et de son Sang pour donner la vie au monde. Ces paroles les dépassent tellement qu’ils les trouvent absurdes et en tout cas inacceptables. Ne ressemblent-ils pas un peu à Pierre, lors de la première annonce de sa passion par Jésus, qui refusa catégoriquement cette perspective ?

Et les douze justement, que font-ils ? Vont-ils suivre la foule qui abandonne Jésus (certains disciples qui ont suivi Jésus depuis longtemps ne vont pas s’en priver) ? Non, eux ils restent ! Non pas parce qu’ils ont tout compris, non pas parce qu’ils sont obstinés, c’est même plutôt une attitude d’humilité qu’ils adoptent. « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint de Dieu. »
Et nous, jusqu’où sommes-nous prêts à faire confiance à Jésus ? Quelle place souhaitons-nous Lui accorder en ce début d’année ? La réponse à cette question se donnera dans le concret de l’organisation de notre rentrée. Estimons-nous Jésus Christ indispensable pour nous, nos enfants et notre famille ? Chaque année je suis touché et triste du peu d’enfants inscrits au catéchisme à la paroisse, comme si connaître, rencontrer et vivre de Celui qui nous a tout donné n’était pas si essentiel que cela…Quel est vraiment le plus important ?
Prenons bien dans nos prières tous ceux et celles, particulièrement dans notre paroisse, qui se préparent à reprendre le chemin des études ou d’une activité professionnelle. Aidons-nous à ne pas oublier l’Essentiel.

Père Franck Zeuschner, sv.