Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > Pour que ta vie porte du fruit

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous

Pour que ta vie porte du fruit

L’esprit humain recherche la vérité, c’est ainsi, il est fait pour elle. Chacun cherche un sens à sa vie, une finalité, car au plus intime de nous-mêmes, nous aspirons à un but. Combien de nos contemporains sombrent dans le désespoir en croyant découvrir un jour que leur existence n’a finalement aucun sens.

La liturgie de ce dimanche répond à cette quête profonde. Dieu, notre Créateur, a un projet sur nous, sur chacun, chacune. Comme un artiste porte déjà dans son cœur, avant même d’avoir commencé, le chef-d’œuvre qu’il est sur le point d’accomplir, Dieu porte au plus intime de lui-même un projet pour nous. Il ne nous a pas faits pour le chaos ou le hasard, il nous a faits pour la fécondité et le bonheur, pour que notre vie porte du fruit.

Oui la gloire de Dieu c’est l’homme vivant, c’est l’homme debout, fécond. Et il est important en ce dimanche de nous arrêter quelques instants sur ce semeur qui n’est autre bien sûr que Dieu Lui-même. C’est le Christ qui « sort », c’est à dire qui quitte le ciel pour nous rejoindre. L’Incarnation n’est pas une partie de plaisir. Le Christ vient pour semer la vie éternelle en nos âmes et leur faire porter du fruit. Il ne peut pas nous sauver de force, malgré nous. Chacun doit accueillir chaque jour ce salut, cette vie, comme la bonne terre accueille le grain pour lui faire porter du fruit. Cette fécondité peut être fulgurante ou lente, elle peut aussi ne jamais advenir si on refuse ce projet, ce qui est à notre portée …

Celui qui a mis en place les lois du ciel est le même qui a édicté les lois de la terre et de la nature. Aussi ce dimanche, sommes-nous invités à un examen de notre cœur, non pas avant tout pour nous classer dans telle ou telle catégorie (le bord du chemin, le sol pierreux, les ronces, la bonne terre) mais pour nous reconnaître humblement que nous vivons souvent toutes ces situations à la fois.

Ce constat de notre misère, de notre faiblesse, doit comme toujours déboucher sur un désir de conversion. Ce désir ne doit pas nous décourager, au contraire il est important qu’il ne nous quitte jamais jusqu’à notre dernier souffle. Le pire serait en effet que nous prenions partie de sa dureté et que nous n’aspirions plus à recevoir l’eau vive de la grâce du Seigneur qui change notre cœur et le fait ressembler au Sien.

Seigneur donne-moi un cœur qui écoute,
un cœur disponible à ta Parole,
un cœur qui accepte de se faire retourner par toi
pour porter tous les fruits que tu souhaites recevoir de ma pauvre terre.

Père Franck Zeuschner, sv