Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > Passez par la porte !

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous


Passez par la porte !

C’est connu. Pour certains, il suffit que la porte soit ouverte pour qu’ils aient envie de passer par la fenêtre. Ce sont les spécialistes de l’anticonformisme. Une fois ou l’autre, c’est peut-être drôle. Mais à longue échéance, c’est plutôt insensé et dangereux.

Il en va de même dans le domaine religieux. Nous devrions savoir : une seule porte nous permet de pénétrer dans le Royaume de Dieu, la maison de famille pour tous les hommes. «  Moi je suis la porte, dit le Seigneur Jésus. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé. Il pourra aller et venir, et il trouvera un pâturage.  » Pourquoi donc tant d’hommes – et parmi eux beaucoup de baptisés – sont-ils tentés aujourd’hui de passer par les hublots de tant d’idéologues, de mystiques, de pseudo-sauveurs qui hantent le monde ? C’est à qui proposera la lucarne la plus farfelue, et voici la foule des moutons qui se pressent au portail de l’illusion, voire de la bêtise.

C’est vrai. Ils ont parfois quelques excuses. Avons-nous correctement annoncé la Porte unique qui mène à la bergerie de Dieu ? N’avons-nous pas enfermé la libération offerte par Pâques derrière les barreaux de règles et de traditions tout humaines ? A l’Amour qui étendit ses bras et ouvrit son cœur sur la croix, nous avons parfois fait écho par le moralisme qui égara les gens dans le labyrinthe de la casuistique au point que beaucoup ne sont jamais parvenus aux pâtures de la vraie liberté. Dans l’Église trop longtemps, la menace et la peur ont tenu lieu d’invitation au bercail évangélique.

Aujourd’hui, dans le renouveau de l’Église, l’atmosphère et les méthodes pastorales ont peu à peu changé. On convie au lieu de forcer, on encourage au lieu d’intimider, on compte sur la responsabilité libre au lieu de miser sur la crainte. Beaucoup reste à faire, mais le chemin qui conduit à la Porte semble mieux dégagé. Il est d’autant plus déconcertant de constater combien les soupiraux de tant de sectes séduisent encore tout un peuple qui serait mieux inspiré d’aller directement vers Jésus-Christ par la route de l’Église désormais débarrassée de bien des entraves.

En dépit de ses défauts, notre bonne vieille Église – jeune par le cœur, où bat l’Esprit – demeure le seul lieu où le divin Berger nous appelle chacun par notre nom de baptême, nous fait reconnaître la voix de Dieu dans la Parole, nous mène paître dans les pâturages de l’Eucharistie, nous guide par des pasteurs imparfaits certes, mais jamais mercenaires ? Pouvez-vous dire dans quelle autre communauté il est possible de recevoir autant de cadeaux à la fois, tous servis par d’indignes serviteurs, mais aussi tous provenant du vrai Pasteur qui donne sa vie pour ses brebis ?

Allez droit vers la Porte qu’est le Christ en passant par le portail de l’Église, et vous pourrez savourer le goût merveilleux de tout ce que Jésus offre là, pour tous, parce qu’il est «  venu pour que les hommes aient la vie, et qu’ils l’aient en abondance.  »

Votre curé, le Père Dominique Chéreau, sv