Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > Oui à l’Esprit ! Mais quel Esprit ?

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous

Oui à l’Esprit ! Mais quel Esprit ?

Après avoir été le grand méconnu de la Trinité, voici que l’Esprit Saint revient à la mode.

Il était presque ignoré, le voici qui refait surface sous des formes parfois insolites. Sommes-nous entrés dans l’âge de l’Esprit ? Que ce même Esprit nous aide à y voir clair, non pour grelotter dans la peur, mais pour mieux le discerner dans la lumière et l’adorer dans la joie.

Voici quelqu’un qui se convertit au contact de la Parole. Il fréquentait les poubelles de notre société, il est là, renaissant à une vie debout toute imprégnée d’amour et d’enthousiasme communicatifs. Seul l’Esprit peut ainsi renouveler un être du dedans et le transférer des ténèbres dans la clarté de Pâques. Mais est-ce encore l’Esprit quand le fougueux converti se lance dans des actions spectaculaires à coups de millions habilement soutirés, jusqu’à constituer une nouvelle communauté qui illumine plus qu’elle ne guérit ? Certes l’Esprit n’est la propriété de personne, mais il ne pousse pas non plus ses fidèles à devenir propriétaires de leurs frères, corps et biens. Car il ne saurait contredire l’Évangile de la pauvreté et de la liberté que Jésus nous a acquises au prix de sa croix. « C’est de mon bien qu’il prendra pour vous en faire part » (Jn 16,14)

Voici des chrétiens en pleine ferveur de renouveau. C’est la savoureuse découverte de la prière, de l’Évangile, de la fraternité dans le partage chaleureux. L’Esprit est passé par là, car ils en montrent les fruits sous leurs sourires, leur spontanéité à témoigner pour le Christ, leur zèle contagieux. Mais l’Esprit est-il encore là lorsqu’un tel groupe distille une critique radicale de l’Église historique, lorsqu’il excite l’agressivité contre tout ce qui n’est pas dans la stricte obédience de son idéologie, lorsqu’on s’est persuadé d’avoir raison contre tous les autres voués aux reliquats de la vieille Église soi-disant sclérosée ? L’Esprit souffle où il veut, mais je le vois mal provoquer de nouvelles divisions et inspirer des rognes simplistes contre ceux-là mêmes qui, pauvrement certes, ont transmis l’Évangile jusqu’à nous. N’est-il pas l’âme de l’Église, celle d’hier et celle d’aujourd’hui, l’unique et la même sous les revêtements différents ?

Que d’évènements, dans l’actualité du monde et de l’Église, qui ont démarré sous la pression de l’Esprit, dans le silence des germinations lentes ou dans le fracas des matins de Pentecôte sous le grand vent de Dieu ! Mais aussi combien de dynamismes spirituels qui ont fini par se dégrader en lamentables destructions parce que les souffles glacés du monde avaient peu à peu remplacé le chaud Esprit de Dieu. Il faut savoir cela, non pour se crisper dans l’angoisse devant tout renouveau et tout changement, car Dieu sait si nous avons besoin, plus que jamais, de l’Esprit créateur pour transformer la société et régénérer l’Église. Cependant, nul n’est dispensé d’invoquer d’abord l’Esprit pour qu’il l’aide à percevoir ce qui vient vraiment de lui et à reconnaître la présence de Dieu à ses fruits conformes à l’Évangile. Sinon, même le pire sera présenté comme spirituel au risque de massacrer l’homme et de provoquer la révolte contre Dieu avec la bénédiction des goupillons à la mode, et néanmoins maléfiques.

Discerner les œuvres de l’Esprit, nul ne peut le réussir mieux que les premiers apôtres qui ont investi toute leur vie sous le grand Souffle du large divin et pétri les signes du monde nouveau dans l’Église. Et que faisaient-ils pour collaborer avec l’Esprit qui les poussa sans cesse en avant ? Ils priaient avec Marie, ils savaient qu’ils avaient besoin de purification et de pardon, ils accueillaient le Ressuscité dans sa Parole et dans son Pain, ils partageaient en Église pour chercher le meilleur ensemble.

Viens, Esprit Saint, viens continuer ta Pentecôte au milieu de nous, viens ranimer en nous la fête de Jésus qui entraîne vers le Père.

Votre curé, le Père Dominique Chéreau, sv