Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > Le rendez-vous de Naïm

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous

Le rendez-vous de Naïm

Seul parmi les 4 évangélistes, pourquoi Luc nous donne-t-il rendez-vous à Naïm en Galilée ?

Une première lecture superficielle nous indique que le disciple reconnaît en Jésus la mission et la puissance d’Élie, le prophète qui devait venir pour préparer les voies au messie définitif. Ainsi, comme Élie dans le premier livre des Rois, Jésus a pitié d’une veuve éprouvée par la mort de son fils unique. Ému de compassion, il ressuscite le jeune homme et le rend à sa mère. Dès lors, Jésus ne serait-il que le précurseur du messie, le nouvel Élie ?

Les premiers chrétiens n’ont jamais compris de cette manière le mystère de Jésus. D’une part, la manière souveraine avec laquelle Jésus a opéré le miracle – par la seule puissance de sa parole – démontre combien il dépasse entièrement la personnalité et le ministère d’Élie. D’autre part, l’ordre qui rendit le jeune homme à la vie s’exprime avec une parole typique qui traduit clairement un vocabulaire de résurrection : « réveille-toi » ou « lève-toi ». Il n’y a aucun doute, nous sommes dans l’ambiance de Pâques. Ce même verbe (se réveiller ou se lever) décrit chez Luc la résurrection générale au dernier jour, de même que la résurrection de Jésus lui-même.

Ainsi donc en nous donnant le rendez-vous de Naïm, Luc ne veut pas seulement nous mettre en face d’un Jésus sensible à la souffrance de cette pauvre veuve et décidé à faire tout son possible pour la consoler. Il nous place d’un coup en présence du Maître de la vie et du Seigneur de la résurrection. A Naïm, comme bientôt chez Jaïre au bord du lac de Galilée, Luc nous permet de saisir en anticipation la puissance de la Pâque qui passera de Jésus vers nous sous l’effet d’un même amour victorieux de la mort. Eveillé d’entre les morts parce qu’il est la Vie, Jésus nous relèvera de la mort à sa suite pour nous faire entrer avec lui dans la gloire du Père.

Pour nous le rendez-vous de Naïm s’opère en deux temps. Nous sommes d’abord des ressuscités avec le Christ dans le baptême, véritable Pâque intérieure, résurrection spirituelle qui nous arrête sur le chemin de la mort et du péché et nous transfère en espérance dans le Royaume de la vie. C’est pourquoi notre baptême, tel un germe qui ne saurait mentir, nous conduit immanquablement à notre résurrection définitive, si nous voulons bien collaborer à la splendide promesse qu’il contient. Un jour, comme baptisés parvenus à l’éclosion finale dans le plein soleil de Dieu, nous nous réveillerons d’entre les morts pour laisser resplendir jusque dans notre corps la victoire de Celui qui nous aime infiniment. Alors avec tous les autres vivants au-delà de la mort, nous pourrons chanter la miséricorde de Dieu éternellement. Naïm, petite bourgade de Galilée, encore plus obscure que Nazareth ? En réalité, nous y sommes attendus pour revivre ce qu’un jour le Seigneur y a manifesté : la joie de renaître dans l’Esprit.

Votre curé, le Père Dominique Chéreau, sv