Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > Le berceau vide

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous


Le berceau vide

Cette semaine dans notre église, un nouveau signe a été mis en place, je ne sais pas si vous l’avez remarqué. Il s’agit d’un signe qui peut choquer, qui devrait nous choquer, comme la Croix du Christ qui peut-être ne nous choque même plus tant elle fait « partie du paysage » … et pourtant cette Croix, qui est le signe de l’amour du Christ, de l’amour victorieux sur la mort et qui est aussi le rappel de ses souffrances pour nous, ne devrait jamais nous laisser de marbre ! Mais aujourd’hui notre regard devrait être attiré par la nouveauté qu’accueille notre église.

Il s’agit d’un berceau vide, de ce berceau en forme de mangeoire qui a pris place dans la crèche dépouillée. Seul un mouton, qui semble s’être égaré, est là, bien en avance, sans doute pour qu’on ne lui prenne pas sa place. Ce mouton qui faisait sans doute partie d’un beau et nombreux troupeau de 100 brebis, aujourd’hui il est là, tout seul, attendant son bon berger, attendant la venue de son Sauveur dont il ne semble pas douter un seul instant.

Ce signe du berceau vide pourrait nous paraître déplacé, mais approchons-nous de plus près, mettons-nous à genoux pour mieux voir et être en quelque sorte plus grands.

Oui, acceptons de braquer les yeux sur ce qui ne se voit pas, sur cette absence, cette absence de Dieu du monde, cette absence de Dieu de nos vies. Cette absence devrait nous paraître intolérable, nous devrions souffrir de notre monde sans Dieu, qu’en est-il ? Avons-nous soif de Lui ? Avons-nous besoin de Lui ? On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif, dit le proverbe, il peut aussi nous arriver de nous conduire comme cet animal ; ce baudet que le Christ choisira pourtant le jour des rameaux pour son entrée triomphale à Jérusalem, cet ânon qui lui aussi est déjà présent à la crèche. Il ne manque donc plus que nous …

Ce temps de l’Avent nous est donné pour préparer nos vies, nos cœurs à la venue du Christ. Si nous pouvions enfin comprendre à quel point la vie serait plus belle si nous nous tournions vers Celui qui nous l’a offerte ! Ne vivons pas cette préparation à Noël comme des sans Dieu, comme des païens, comme si nous n’avions pas besoin de Lui …

Père Franck Zeuschner, sv