Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > La Sainte Trinité : « Dis-moi ton nom et je te dirai qui tu es ! (...)

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous

La Sainte Trinité : « Dis-moi ton nom et je te dirai qui tu es ! »

Généralement, quand on veut connaître quelqu’un, on cherche à savoir son nom. « Quel nom avez-vous choisi pour votre enfant ? » Telle est la première question que l’on pose aux parents qui présentent leur enfant au baptême.

Cette question peut paraître étrange, mais commencer par dire le nom de celui qui va recevoir le baptême, c’est, pour l’Église, le désigner devant Dieu, le reconnaître comme une personne unique et irremplaçable. Nommer quelqu’un est souvent considéré comme un acte banal. Or, c’est bien tout le contraire. Nommer quelqu’un, c’est lui donner la vie, c’est le faire exister.

Dans certaines cultures, en Inde par exemple, il est parfois interdit de prononcer le nom d’une personne, de peur de la rendre vulnérable. De même dans certaines tribus guerrières où l’on s’attribue volontiers un nom de guerre, car connaître le vrai nom de son ennemi, c’est le posséder ! Agir sur le nom, c’est avoir prise sur celui que l’on nomme : dis-moi ton nom et je te dirai qui tu es !

Dans la tradition biblique, le nom a aussi toute son importance. Loin d’être une désignation conventionnelle, le nom exprime le rôle d’un être. Dieu parachève la création en nommant créatures, jour, nuit, ciel, terre, mer ou en chargeant Adam de donner un nom à chacun des animaux. Les noms donnés aux personnes disent bien souvent leur caractère et leurs qualités. Ainsi, par exemple, une femme d’humeur douce était appelée Rachel, c’est-à-dire brebis ; celle qui aimait le travail : Déborah, abeille. Le nom peut aussi évoquer les circonstances de la naissance qui sont bien souvent annonciatrices de la mission future de l’enfant. Ainsi Moïse, dont le nom signifie « sauvé des eaux », deviendra le libérateur d’Israël à travers le passage de la mer rouge ; David (« bien-aimé de Dieu ») sera choisi pour recevoir l’onction royale ; ou encore Jean (« Dieu fait grâce ») sera prophète de la joie qui vient.

Dans la première lecture, Dieu nous révèle lui-même son nom. Il le proclame, en passant devant Moïse dans une nuée sur le mont Sinaï. Son nom est : « Yahvé, LE SEIGNEUR Dieu de tendresse et de pitié, lent à la colère, riche en grâce et en fidélité. » A travers les expressions « Dieu de tendresse », de « pitié », « riche en grâce et en fidélité », ce nom divin nous dit clairement qui est Dieu. Il n’est pas un Dieu lointain et autosuffisant, mais un être de relation, de dialogue et d’ouverture. C’est pourquoi, dans le Nouveau Testament, l’apôtre Jean peut nommer Dieu par un seul mot : « Amour ». L’évangile d’aujourd’hui atteste également « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique ». Dieu est amour : amour Père – amour Fils – amour Esprit-Saint. Si Dieu est amour, la créature humaine, fait à son image et ressemblance, reflète cette constitution. Elle est donc appelée à se réaliser dans l’amour. « Amour » est le véritable nom de Dieu, mais aussi le véritable nom de toute personne.

Père Jean-Baptiste Rendu