Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > JÉSUS BON PASTEUR

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous

JÉSUS BON PASTEUR

Dans l’ancien Orient, nomade, le pasteur qui mène ses bêtes et prend soin d’elles est figure du roi. En se désignant comme pasteur, Jésus revendique donc la fonction royale.

Bon pasteur, il est le roi messianique, celui qui a reçu l’onction pour guider le peuple sur le chemin conduisant à Dieu. Il est celui qui veille avec sollicitude sur chacun de ceux qui lui sont confiés en même temps que sur l’honneur de Dieu. C’est le roi d’ascendance davidique qu’attendaient les prophètes. Médiateur entre Dieu et le peuple, il est celui qui ramène les égarés au bercail, celui qui réconcilie les hommes avec Dieu.

La revendication de Jésus n’est donc pas mince : il se désigne comme le Messie attendu. Mais il n’en reste pas là dans ses prétentions. Lui, le parfait lieutenant, se déclare égal au capitaine, c’est-à-dire à Dieu lui-même. Après avoir dit que le Père qui lui a donné le troupeau est plus grand que tout – autrement dit qu’il est Dieu – il s’affirme fils de Dieu et égal à Lui : « le père et moi, nous sommes un ». Bref, Jésus se fait l’égal de Dieu. C’est plus que ce que peuvent supporter ses auditeurs : « Ce n’est pas pour une œuvre bonne que nous te lapidons, mais pour un blasphème et parce que toi, n’étant qu’un homme, tu te fais Dieu ». Les interlocuteurs de Jésus ne s’aperçoivent pas qu’en lui, s’accomplit la prophétie d’Ezéchiel : « Voici que j’aurai soin moi-même de mon troupeau et je m’en occuperai. Comme un pasteur s’occupe de son troupeau quand il est au milieu de ses brebis éparpillées, je m’occuperai de mes brebis. Je les retirerai de tous les lieux où elles furent dispersées, au jour de nuées et de ténèbres » (Es 34, 11-12)

Le pasteur choisi par Dieu va être rejeté par ceux à qui il a été envoyé, lui qui, comme Verbe éternel, mieux que les prophètes, est le révélateur de Dieu et des hommes créés à l’image de celui-ci. C’est alors que va apparaître la dimension sacerdotale. Par son obéissance sacrificielle au dessein salvifique du Père, Jésus va devenir à la fois victime et prêtre : victime, par ce qu’il va être rejeté – comme bouc émissaire et prêtre parce qu’il assume ce rejet et en fait la matière de son offrande réconciliatrice au Père.

Abbé Ibora