Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > Fête de la Miséricorde Divine

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous


Fête de la Miséricorde Divine

En ce deuxième dimanche de Pâques, où nous continuons bien sûr de nous réjouir de la résurrection de Jésus Christ notre Sauveur, l’Église célèbre la fête de la Miséricorde Divine qui prend encore plus d’ampleur et de solennité en cette année sainte de la Miséricorde.
En effet, le 30 avril 2000, le Pape Jean-Paul II déclarait sainte, une religieuse polonaise, sœur Faustine Kowalska et décréta qu’à partir de l’année suivante on célèbrerait chaque premier dimanche après Pâques cette fête de la Miséricorde Divine. Cette religieuse, qui est morte à l’âge de 33 ans en 1938, a reçu durant sa vie de nombreux messages de Notre Seigneur lui demandant d’instituer cette fête et de faire davantage connaître au monde les richesses de sa miséricorde. Ces messages ont été rassemblés dans un ouvrage : Le Petit Journal de sœur Faustine.

Jésus demanda également à la religieuse de faire peindre un tableau montrant Jésus comme elle l’avait vu : un Jésus ressuscité, comme il est apparu au soir de Pâques à ses apôtres au Cénacle. Sœur Faustine rapporte cet événement dans son Petit Journal :
« 1931, le 22 février Un soir, alors que j’étais dans ma cellule, je vis Jésus vêtu d’une tunique blanche, une main levée pour bénir, la seconde touchait Son vêtement sur la poitrine. De la tunique entrouverte sur la poitrine sortaient deux grands rayons, l’un rouge, l’autre pâle. En silence, je fixais mon regard sur le Seigneur, mon âme était saisie de crainte, mais aussi d’une grande joie. Après un moment Jésus me dit : "Peins un tableau selon le modèle que tu vois, avec l’inscription : Jésus, j’ai confiance en Toi." »

Vous savez bien chers Frères et Sœurs qu’une reproduction de ce tableau se trouve dans notre église, elle a été placée juste au dessus du tabernacle et rappelle continuellement à ceux qui s’y approchent la grande miséricorde de Dieu à notre égard.

Il semblerait que Jésus n’ait pas autre chose à nous montrer que son Cœur ouvert. Il ne nous fait aucun reproche, mais nous invite plutôt à ne rien perdre de la richesse infinie de sa miséricorde qui jaillit de ce cœur transpercé. La miséricorde est véritablement un torrent d’amour qui se déverse sur nous. Alors ne mettons aucun obstacle, laissons nous envahir, baigner, remplir de cette cascade de grâce et de bonheur.

Je me réjouis des nombreuses confessions qui ont eut lieu à l’approche de cette fête de Pâques, certains, sans doute, hésitent encore à effectuer une telle démarche, n’attendons pas plus longtemps.

Elle est inépuisable cette miséricorde que le Seigneur veut déverser sur toute l’humanité.

Père Franck Zeuschner, sv