Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > Extrait de l’homélie de Mgr Vingt-Trois à l’occasion de la St Valentin, le 11 (...)

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous

Extrait de l’homélie de Mgr Vingt-Trois à l’occasion de la St Valentin, le 11 février 2007

Tout d’abord, je voudrais dire un mot pour celles et ceux qui vivent ce qui n’est pas « bon ». La Bible nous dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul ». Et pourtant, il y a des hommes et des femmes qui vivent seuls. Ils vivent seuls parce qu’ils ont perdu l’être qu’ils aimaient ; parce qu’ils ont été séparés de celui ou de celle qu’ils aimaient ; parce qu’ils sont appelés à une forme de service dans la société qui ne permet pas de consacrer du temps à sa famille ; ils vivent seuls tout simplement parce que peut-être ils n’ont pas rencontré quelqu’un avec qui unir leur vie. Je voudrais que ceux-ci et celles-là qui vivent cette solitude sachent qu’ils ne sont pas méconnus, rejetés, mal-aimés de Dieu. Ce n’est pas parce qu’on est obligé de supporter une situation qui n’est pas bonne que Dieu ne nous aime pas.

Maintenant, je voudrais m’adresser à vous, hommes et femmes qui vous êtes engagés dans l’amour conjugal pour ne faire plus qu’un. Vous savez bien que ne faire plus qu’un ne veut pas dire ne plus faire deux. Cela ne veut pas dire que chacun ou chacune absorbe l’autre, le digère et le fait disparaître. Si nous voulons comprendre ce que veut dire ne plus faire qu’un dans l’amour, il faut regarder les hommes et les femmes qui s’aiment, qui s’aiment pour toujours de manière indéfectible, qui s’engagent ensemble à surmonter les difficultés inévitables de la vie, qui apprennent à vivre le pardon, la réconciliation, à renouveler leur engagement l’un envers l’autre. L’amour vécu sur le mode du don total, sans reprise, cet amour ne fait pas disparaître la personnalité, les qualités, l’attrait de l’autre. Au contraire, il les fait grandir, il permet à chacun de devenir davantage ce qu’il est et d’être davantage capable de se donner et d’aimer.

Le mariage d’un homme et d’une femme pour toujours, pour accueillir et élever des enfants, ce n’est pas un modèle périmé ; ce n’est pas le modèle des « has been » ou des ringards, c’est le modèle de jeunes hommes ou de jeunes femmes qui sont aujourd’hui parmi nous ; ce n’est pas le modèle des bonnets de nuit, c’est le modèle de gens heureux de vivre, heureux d’accueillir leurs enfants, heureux de les aimer, heureux de les élever ; ce n’est pas le modèle de gens contraints à qui on imposerait un cadre dont ils ne veulent pas, c’est le modèle qu’ils ont choisi et qu’ils essaient de mettre en œuvre jour après jour.

On n’est jamais heureux à 100% mais heureux quand même ; on n’est jamais heureux sans accident, mais heureux quand même, heureux et joyeux autour de leurs enfants. Gardez s’il vous plaît, cette image, non seulement de votre bonheur, de votre joie, du chemin parcouru ensemble, mais gardez cette image de la force que nous représentons aujourd’hui, force pour l’Église, force pour le monde !

PDF - 184.1 ko
Feuille d’information paroissiale du 07/02/2010