Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > Être mouton de Panurge ou suivre l’Agneau de Dieu ?

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous

Être mouton de Panurge ou suivre l’Agneau de Dieu ?

En ce dimanche, nous changeons de temps liturgique. Après l’Avent puis le temps de Noël, nous retrouvons le temps ordinaire de l’Église et sa belle couleur verte, signe de la vitalité, de la croissance et de la promesse de fécondité de la vie spirituelle. Il sera interrompu par l’entrée en Carême, le mercredi des cendres 1er mars et reprendra après la Pentecôte jusqu’à la fin de l’année liturgique.

Vous le savez bien, la liturgie n’est pas comme une série télévisée qui se déroule sous nos yeux avec ses différentes saisons, sans que nous n’ayons rien à faire. La liturgie n’est pas un spectacle, c’est plutôt une aventure où chacun et chacune d’entre nous avons un rôle important à jouer. Fêter la naissance de Jésus-Christ et son Épiphanie, c’est bien ! Mais décider ensuite de tout faire pour s’attacher éperdument aux pas de ce Dieu qui est venu marcher sur la terre et essayer de ne le quitter jamais plus, c’est encore mieux ! C’est ce à quoi nous invite ce temps ordinaire qui, s’il est vraiment pour nous poursuite de Jésus-Christ sera vraiment extraordinaire !

En cette année liturgique (Année A) nous allons plus particulièrement nous mettre à l’écoute de l’évangile selon saint Matthieu, il va être pour nous un guide tout au long de l’année, mais en ce dimanche, en guise d’introduction, c’est saint Jean que nous entendons. Jean nous montre Jean-Baptiste qui nous montre Jésus. Alors, arrêtons-nous pour Le regarder, Le contempler : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde … » Rien que cela ! Tout est dit dans ces quelques mots. Jésus (dont le nom signifie Dieu sauve) est venu sur terre pour cette unique mission qui est une mission d’amour : arracher les hommes de la mort du péché.

Qu’allons-nous donc faire en cette nouvelle année, cette semaine, pour nous mettre à la suite de Celui que Jean-Baptiste nous montre du doigt comme ayant le secret de notre salut et de notre bonheur ?

A. Ne surtout rien changer à mes habitudes, en estimant que ma vie chrétienne est satisfaisante et suffisante ?

B. Prendre une résolution, une seule, si minime soit-elle, envers Dieu ou envers mon prochain, pour me mettre davantage à l’écoute de Celui que le Père m’envoie ?

N’attendons pas la fin de notre vie pour accueillir celle que le Christ vient nous apporter. Vivons dès aujourd’hui de cette vie que le Christ nous offre.

Père Franck Zeuschner, sv