Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > Et si c’était toi ?

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous


Et si c’était toi ?

Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho et tomba sur des brigands …

Ne la connaissons-nous pas par cœur cette histoire, cette parabole du bon Samaritain ? Et bien vite, trop vite sans doute nous sommes tentés de conclure : « Jésus nous demande d’être bons et compatissants … » Mais en réagissant ainsi, nous risquons de passer à côté de la Parole de Dieu.

En effet, Jésus ne cherche pas à nous faire des grands discours mais bien plutôt à nous prouver son grand amour. Car, cet homme, attaqué sur sa route, dépouillé et roué de coups, cet homme laissé à moitié mort et qui s’apprête donc à mourir tout à fait si personne ne vient à son secours, cet homme si c’était toi ? Si c’était chacun, chacune de nous, blessé, terrassé par le mal et le péché ?

Et ce Samaritain ? Lui qui était pourtant complètement étranger au malheur de cet homme, refuse, contre toute convenance de rester plus longtemps étranger à son sauvetage, à sa guérison. Ce Samaritain, c’est le Christ. Ce n’est certes pas le devoir qui va le faire agir, ni le besoin d’avoir bonne conscience en expédiant rapidement cette bonne action, c’est seulement son amour.

Oui cette parabole, qui devrait résonner d’une manière toute particulière à nos oreilles et à nos cœurs en cette année de la miséricorde, c’est tout le mystère de l’Incarnation. Dieu rejoint l’homme blessé sur le chemin de sa vie. Il le rejoint non par curiosité mais pour voler à son secours, n’écoutant que son Cœur.

Commençons par toujours prendre davantage conscience de ce que le Christ fait pour nous. « Il m’a aimé, Il s’est livré pour moi. » (Galates 2, v20) aimait à redire saint Paul. La reconnaissance de l’amour effectif du Seigneur pour nous n’est-elle pas le véritable point de départ d’une véritable charité envers notre prochain ?

Père Franck Zeuschner, sv.