Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > Des ténèbres à l’admirable lumière de Dieu

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous


Des ténèbres à l’admirable lumière de Dieu

Le héros de ce dimanche semble être cet homme, aveugle de naissance, dont l’histoire n’a même pas retenu le nom. Cette semaine encore, nous sommes tous invités à nous identifier à cet homme, comme à la Samaritaine, la semaine dernière et à Lazare, la semaine prochaine.

Ce héros pourtant ne fait pas grand-chose, il souffre de sa terrible situation qu’il porte comme un boulet depuis toujours, mais surtout, avec confiance, il va se laisser conduire, « aveuglément » par le Christ, véritable héros de l’évangile.

Nos catéchumènes se préparent eux aussi à ce passage « des ténèbres à son admirable lumière » (1 Pierre 2 v9). Ce passage, cette Pâque, va les entraîner dans une nouvelle aventure, une nouvelle vie. Le cierge, allumé au cierge pascal, qui leur sera remis dans quelques semaines est le signe de cette lumière. Cette Lumière, c’est quelqu’un, c’est Jésus Christ, qui nous a dit : « Je suis la lumière du monde ». Nous reconnaissons plus que jamais aujourd’hui que notre monde, qui s’est pourtant inspiré du « siècle des lumières », pour fuir ce qu’il considérait comme un « obscurantisme », que notre monde est loin de la lumière, parce qu’il est loin de Dieu. Le reconnaître, le déplorer, c’est bien. Mais ce qui est encore mieux, c’est de reconnaître, au plus intime de chacun de nos cœurs, cette ténèbre qui cohabite parfois de près avec la lumière de Dieu.

En ce quatrième dimanche de Carême, où en sommes-nous de notre marche vers le Ressuscité ? Il n’est pas incongru de nous poser la question, même si la réponse n’est pas forcément évidente. Si nous avons pris davantage conscience de nos obscurités, si nous avons davantage soif de lumière alors nous sommes sur le bon chemin et nous y sommes avec le Christ. Sur ce chemin de conversion, nous sommes-nous vraiment décidés à recevoir le sacrement du pardon ? A accueillir, avec reconnaissance et joie, la miséricorde du Seigneur ? Ne nous refusons pas à la grâce du Seigneur, par pitié ! Prenons cette résolution salutaire et indispensable de nous préparer à Pâques en faisant la démarche de recevoir le sacrement de la réconciliation alors nous aussi, avec les nouveaux baptisés de Pâques, nous passerons de nos ténèbres à l’admirable lumière du Christ, unis à Lui, nous deviendrons à notre tour « lumière du monde ».

Père Franck Zeuschner, sv