Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > DE PROFUNDIS CLAMAVI AD TE DOMINE

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous

DE PROFUNDIS CLAMAVI AD TE DOMINE

Des profondeurs de mon être, Seigneur, je t’ai vivement appelé !

Que de douloureux arrachements provoqués par le trépas de ceux que nous aimons …C’est précisément la douleur que nous ressentons aujourd’hui avec le trépas de notre bon Père Chéreau. Que de bienfaisants soulagements, cependant, lorsque nous voyons par ailleurs l’interminable souffrance de tel ou tel grabataire s’achever dans l’attente du Seigneur.

Dieu ne nous avait créés que pour le bonheur, mais la faiblesse humaine a vite transformé l’existence humaine. Celle ci est devenue un apprentissage - parfois bien exigeant - du véritable partage de l’amour auquel le Seigneur nous invite en son royaume.

Que pourrions-nous faire au ciel en effet si nous ne savions pas aimer, si sur terre nous n’avions pas appris à recevoir, à donner et à communier dans un véritable amour d’esprit et de cœur ? Le Ciel, nous le savons, c’est la parfaite et bienheureuse communion de connaissance et d’amour entre les trois Personnes divines : Père, Fils et Saint Esprit ; Jésus, dans son humanité, nous a montré comment nous aussi nous sommes appelés à sa propre communion éternelle : Toujours il faisait ce qui plait au Père et, après avoir annoncé la bonne nouvelle ou avoir rassasié les foules, il se retirait dans un endroit désert pour faire participer son être de chair à la communion d’amour trinitaire. Les saints sont ceux qui ont fait comme Jésus et qui sont devenus, en Lui, capables d’une semblable communion divine.

Pour beaucoup d’entre nous, hélas, l’apprentissage du Ciel peut rester insuffisant sur terre. Ce seront alors nos supplications, nos prières, la prière surtout de Jésus livré pour eux sur la croix, la prière de Jésus rendue présente en chacune de nos Eucharisties, qui obtiendront de la divine miséricorde ce qui manquait à la préparation des défunts.

Une fleur sur la tombe : c’est un aimable signe de notre amour … mais la prière de Jésus et notre prière sont les efficaces réalités de la charité chrétienne.
Novembre reste traditionnellement le mois des défunts : Ayons à cœur de bien mettre à profit cette période.

AMEN

Père A Moret