Privé
Accueil > Editoriaux > CONNAISSEZ-VOUS MYRIAM ?

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous

CONNAISSEZ-VOUS MYRIAM ?


Myriam ! C’est le nom hébreu de celle que nous appelons Marie. Elle est particulièrement à l’honneur dans l’évangile de ce dimanche. Mais quelle est sa place dans notre vie chrétienne ? Et d’abord, la connaissons-nous vraiment ?

Il fut un temps où l’emphase d’une piété pas toujours équilibrée imposa une Marie omniprésente au point d’en devenir gênante. Nous n’allons pas regretter l’époque où l’on estimait ne jamais en dire assez sur celle qui brilla dans l’Évangile par un rayonnement à la fois merveilleusement efficace et étonnamment discret. Mais la mesure ne doit pas tourner à l’oubli ou au dédain. Vouloir remiser la figure de Marie dans les oubliettes préconciliaires, c’est amputer l’Évangile d’une présence essentielle, quoique secondaire. A nos questions – anciennes et modernes – sur le vrai rôle de Marie, Élisabeth a trouvé la meilleure réponse en une petite phrase d’apparence spontanée : « Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? » Tout est dit en cette exclamation inspirée par l’Esprit-Saint.

Marie ! Comme Jésus est allé jusqu’aux extrémités de l’amour, Marie est la femme qui s’est aventurée jusqu’au bout de la foi à travers des étapes souvent déconcertantes, mais toujours remplies de nouvelles grâces. Elle n’eut qu’une seule passion : accueillir dans son cœur pour en vivre toute parole venant de la bouche de Dieu, depuis les vénérables textes de la Bible hébraïque jusqu’au message de l’ange à elle personnellement destiné. Une seule trajectoire de foi qui s’interroge certes, mais qui n’hésite jamais quand il s’agit d’adhérer dans la confiance. C’est pourquoi la foi de Marie englobe et soutient la nôtre comme la lumière qui vient du soleil porte et contient toutes nos moindres clartés.
Les paroles venaient de la Parole, celle qui est dans le sein du Père éternellement. A force de recueillir pieusement les premières, Marie a accueilli la seconde au moment où le Verbe de Dieu cherchait un pur calice pour devenir chair et sang au milieu de nous. Elle était toute servante. La voilà mère du Messie en vérité, celle qui reçoit, porte et offre le plus beau cadeau jamais fait en ce monde : Jésus.

C’est pourquoi, aujourd’hui encore, il n’y a pas de Noël chrétien sans Myriam de Nazareth, la mère de Jésus, humblement à nos côtés.

Votre père Dominique Chéreau, curé, sv