Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > Avons-nous la foi ?

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous


Avons-nous la foi ?

Une nouvelle fois, je réalise bien que cette question risque de choquer. Non pas toute la paroisse, je me rassure, mais seulement certains de ceux ou celles qui lisent ce petit édito hebdomadaire. Je trouve pourtant que se poser cette question n’est pas plus incongru que de se demander de temps en temps si on est en bonne santé et de consulter le médecin si on a un doute à ce sujet. Hélas c’est bien connu, nous avons davantage tendance à nous préoccuper de ce qui touche notre corps que de ce qui regarde notre âme. Et pourtant, il est aussi prouvé que l’on peu aussi avoir une grave crise de foi, nombreux sont d’ailleurs les saints à avoir souffert de ce mal.

De même en effet qu’un(e) époux(se), après plusieurs années de mariage, peut tout à fait demander à son(sa) époux(se) : « Est-ce que tu m’aimes ? », de même le Seigneur nous pose la question sur notre attachement à Lui : « Depuis toutes ces années, à quel point tiens-tu encore à moi ? »

L’Évangile de ce dimanche nous replace dans l’humilité, avouons-le : «  La foi, si vous en aviez gros comme une graine de moutarde, vous diriez au grand arbre que voici : "Déracine toi et va te planter dan la mer." il vous obéirait.  » Avec les apôtres, n’ayons pas peur de crier vers le Seigneur et de lui dire : «  Seigneur, augmente en nous la foi !  »

A quel point souhaitons-nous resserrer nos liens avec le Seigneur ? Peut-être estimons-nous qu’il n’y a rien à changer et que notre vie ne se déroule pas si mal quand le Seigneur ne s’en mêle pas trop ? Jusqu’où serions-nous prêts à le suivre ? Ces questions, si nous le souhaitons, peuvent aider à réfléchir un peu sur ce sujet qui n’est pas un point de détail.

En ce samedi 1er octobre, où l’Église fête sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, (elle fêtait auparavant Saint Rémi, évêque de Reims qui baptisa le roi Clovis et le peuple Franc avec lui), en ce jour donc, notre Frère Rémi GAGNARD vient d’engager toute sa vie à la suite de Jésus Christ sur le chemin des vœux religieux. Que son exemple, discret mais éloquent, nous aide à recentrer notre vie de baptisés sur le Christ. «  On n’est heureux que quand on a tout donné.  » aimait à dire le Père Jean-Léon LE PREVOST. Redécouvrons sans cesse la joie et le réconfort d’avoir Jésus comme ami.

Père Franck Zeuschner, sv