Privé
Accueil > Vie de la paroisse > Éditorial > Aime ! et fais ce que tu veux …

Adresse postale :
Paroisse NDBC, 140 rue
de Clignancourt
75018 PARIS

Téléphone :
01 46 06 35 41

Courriel :
contact@notredame
dubonconseil.fr

- La paroisse
- Les horaires
- La communauté
- Histoire
- Contactez-nous

Aime ! et fais ce que tu veux …

Encore une question-piège que l’on pose à Jésus, mais une question intéressante ! En effet, ce docteur de la Loi, demande à Jésus une synthèse de toute la Loi juive. C’est toujours intéressant un condensé, pour ne pas rater l’essentiel quand il y a tant de choses à retenir. Nous risquons tant de nous noyer dans l’accessoire et de négliger l’essentiel.

Alors, quel est l’essentiel de la Loi ? On demande à Jésus de citer LE commandement le plus important. Une fois de plus, comme la semaine dernière, les réponses dépassent et de très loin les questions.

Car tout d’abord Jésus ne va pas citer UN commandement, mais deux, et même trois … Ensuite Jésus ne livre pas ici un tiercé gagnant des commandements les plus importants, négligeant tous les autres préceptes qui ne semblent pas avoir été retenus, non, il affirme que ce triple commandement de l’amour résume, englobe l’ensemble de la Loi. Saint Augustin a trouvé une belle formule pour nous faire comprendre l’importance de la loi de l’amour : « Aime, et fais ce que tu veux. » Celui qui aime est vraiment libre et ne considère pas la loi comme un carcan ou un lourd fardeau. La réponse de Jésus est cet appel à aimer. Aime ! Aime Dieu, en premier puisqu’Il est le plus proche de toi, plus proche de toi que toi-même. Aime-Le de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit, de toute ta force ! Et aime ton prochain comme toi-même !

Tout est dit, tout nous est donné ici. Mais nous pouvons certes être surpris que l’amour puisse faire l’objet d’un commandement. Pourrait-on donc nous forcer à aimer ?

Notre cœur est compliqué et malade, blessé, nous le savons bien, nous qui, comme le disait saint Paul dans la lecture de vendredi dernier, sommes capables de concevoir le bien mais avons tant de mal à l’accomplir (cf. Romains 7, v15-16). L’amour demande un effort sur notre nature pour aimer ce qui ne nous apparaît pas « aimable ».

Acceptons de regarder nos vies et de nous recentrer sur l’essentiel. Il n’est jamais trop tard, jamais trop tard pour bien faire, jamais trop tard pour aimer en acte et en vérité.

Père Franck Zeuschner, sv